Merdre !



Dunbar



Les trois hommes libres
Nous sommes les hommes libres, et voici notre caporal. - Vive la liberté, la liberté, la liberté ! Nous sommes libres. - N'oublions pas que notre devoir, c'est d'être libres. Allons moins vite, nous arriverions à l'heure. La liberté, c'est de n'arriver jamais à l'heure – jamais, jamais ! Pour nos exercices de liberté. Désobéissons avec ensemble… Non ! Pas ensemble : une, deux, trois ! Le premier à un, le deuxième à deux, le troisième à trois. Voilà toute la différence. Inventons chacun un temps différent, quoique ce soit bien fatigant. Désobéissons individuellement – au caporal des hommes libres !

Le caporal
Rassemblement !
Ils se dispersent.
Vous, l'homme libre numéro trois, vous me ferez deux jours de salle de police, pour vous être mis, avec le numéro deux, en rang. La théorie dit : Soyez libres ! - Exercices individuels de désobéissance… L'indiscipline aveugle et de tous les instants fait la force principale des hommes libres. - Portez… arme !

Les trois hommes libres
Parlons sur les rangs. - Désobéissons. - Le premier à un, le deuxième à deux, le troisième à trois. - Une, deux, trois !

Le caporal
Au temps ! Numéro un, vous deviez poser l'arme à terre ; numéro deux, la lever la crosse en l'air ; numéro trois, la jeter à six pas derrière et tâcher de prendre ensuite une attitude libertaire. Rompez vos rangs ! Une, deux ! Une, deux !

Ils se rassemblent et sortent en évitant de marcher au pas.

Alfred Jarry – Ubu enchaîné
Acte I – scène II
Folio Gallimard - 2008



4 commentaires :

  1. ça me rappelle curieusement ces centaines de milliers de manifestants qui viennent à fort juste titre de s'insurger contre l'attentat de vendredi et qui ne trouvent pas mieux que de tous arborer un slogan fabriqué de toutes pièces par les médias de masse.
    Tous ensemble ,tous ensemble,ouais,ouais...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. " Puisque nous sommes dans le pays où la liberté est égale à la fraternité, laquelle n’est comparable qu’à l’égalité de la légalité, et que je ne suis pas capable de faire comme tout le monde et que cela m’est égal d’être égal à tout le monde puisque c’est encore moi qui finirai par tuer tout le monde, je vais me mettre esclave, Mère Ubu ! " - CORNEGIDOUILLE -

      Supprimer
  2. Le génie des gugusses qui pondent ce genre de slogan est d'être tout de même capables de générer chez le penseur indépendant un doute:et si au fond,je n'était qu'un sale type,un monstre sans cœur,une espèce de psychopathe?
    Comme dirait le délectable Obama (ou c'est l'autre pantin d'avant, j'ai un doute):si vous n'êtes pas avec moi,vous êtes avec les terroristes.
    Je serais outré que le service marketing de l'indignation ne s'arrête en si bon chemin:et pourquoi pas un t Shirt "je suis Charlie" ,un mug,des cupcakes...
    Je chie à la gueule des 2 millions de bobos décérébrés qui n'ont jamais daigné jeter un regard sur ce journal et qui ont osé profaner la mémoire de toutes ces victimes en arpentant l'espace public avec leurs culs pustuleux et leur souhaite à tous une dictature à l'ancienne,bien violente,avec des poils !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. & oui finalement : just a negative creep !
      & comme le show must go on, déjà du business : des n° de Charlie Hebdo jusqu'à 10000 euros, déjà plus de 50 demandes de dépôt de marque "Je suis Charlie" enregistrées auprès de l'Institut national de la propriété intellectuelle (Inpi)...
      Parmi ceux qui ont manifesté il n'y avait pas que des bobos ; des gens sincères mais aussi des opportunistes, des fachos, des intégristes, des dictateurs... Exploiteurs & exploités, assassins & victimes, main dans la main, c'est ça l'unité nationale qu'on veut nous vendre...

      Supprimer