musik beim ertrinken ! (théâtre contanputride) - beurklaid



Harold Edgerton
Death of a light bulb, c1936



il ne sait rien faire et ça il sait bien le faire
le rien
très bien
tu fais jamais les affaires comme il faut
et bien
bim
je ne ferais plus les affaires
vos affaires
je fais et je défais mes affaires à présent
je dérange les affaires

et puis pourquoi continuer à faire quelque chose
puisque tout fout le camp

on va se vautrer tous ensemble gaiement
il suffit d'attendre le vautrage à la française
le grand vautrage qui vient
le naufrage
la porcherie
l'érection
la putréfaction
ou tout bonnement
et oui
l'insurrection qui vient
selon les tempéraments
(rayer les mentions inutiles)

au bord de l'autoroute
dans un transat traité transatlantique ou autre
une clope et un rhum au bec
j'attends la vague en slibard
avec un carton et une citation
d'un poète mort aimant les bassets
et les distorsions

il n'y a rien à attendre les renards
va falloir gratter avec vos griffes de corbacs

je ne vais pas travailler pour eux si c'est pour qu'ils me mettent au chômage
je me limoge très bien tout seul
place blanqui eh eh

give moi juste un peu de fric
lorsque je viendrais pleurer dans ton bureau de connard avec mon tournevis
théâtre de ma dernière représentation psychotique

crachez
pour mes 17 ans de sommeil
larbiné
périmé
enfumé par vos soins
pensées pour les gens que vous avez morcelé en 4 méthodiquement

lâchez le flouze racailles sinon je vous sulfate !

(abyssale crédulité en héritage)

après
je me démerde
laissez tomber
je vais travailler à la fin du travail
travail au sens où on l'entend habituellement c'est-à-dire
grosse jeanfoutrerie gore
servilité supersonique
abrutissante humiliation
pour se détourner
de la grande question qu'on ne veut se poser
qu'on veut aussi nous empêcher de nous poser
que faire avant ma putain de mort de ma putain de vie ?

bouffe ton yaourt cancérigène aromatisé à la place
ta tête enculant ton écran

j'en ai assez de leur envoyer des candidatures et de me rabaisser
c'est possible de dire ça à quelqu'un ?
qu'on en a plus rien à foutre

3949 en force allo
bonjour paul pote emploi,
j'en ai rien à foutre,
viens on va se prendre un café l'agent
oui c'est moi qui t'invite avec les indemnités
on va fonder une communauté entre amis
et jouer de la musique indus et chanter des mantras

réciter des textes perraves ?
oui, les miens et les tiens
mais j'ai du Brecht et du Hölderlin
et du Calaferte aussi et du Schmidt
t'inquiète

est-ce possible de dire
que l'on a plus envie de travailler pour eux
et toutes ces vieilles limaces corrompues
mais pour soi et pour son entourage proche et
de proche en proche de villages en villages
tenter d'essaimer de discuter et de critiquer
ce qui ne va pas dans notre scientifique
écroulement
écoulement
de
pus
improductif

(faire en sorte modestement que son entourage se sente bien
ce sera déjà pas mal

expérimenter
goûter

et organisation de filières de fuite depuis la capitale)

on ira tu verras
à la cambrousse au bord d'une rivière

mais y'a plus trop de cambrousses
et les rivières sont sèches

alors nous nous installerons en zone morte près d'une centrale nucléaire
au bord d'une zone commerciale ou pavillonnaire désaffectée là où c'est moins cher
et je chanterai la beauté de la décrépitude au soleil

oh la jolie pousse de plante verte dans le béton ! (peut-être)
comme c'est joli ! (flot de bagnoles)

et puis je lirais du James Ballard de la fin des temps
ça sera trop cool

le nez dans le décolleté
d'une métisse sexy bombée ayant bossé
dans la poterie en asie
qui me cabossera la bite
sur une volvo végétalisée
désossée de 673123 kms

ma bite étant tartinée au fromage de chèvres
mutantes améliorées et sous rfid conçues
pour une planète plus intelligente

disponibles dans votre magasin
(connectez-vos bites!)
sois stupide tête de con. 



 

5 commentaires :

  1. très beau pamphlet en parfaite phase avec ce que beaucoup pensent de notre belle économie sans oser toutefois l'ouvrir.
    Si vous avez d'autres textes de cet acabit,n'hésitez pas à les mettre en ligne!

    RépondreSupprimer
  2. Le texte est de Beurklaid.
    On peut en trouver d'autres par ici : http://beurklaid.blogspot.fr/
    Ou bien par là : http://tertiaire.noblogs.org/

    Ces textes sont tous percutants... Comme les vôtres d'ailleurs.

    krrr.

    RépondreSupprimer
  3. bah écris moi crev master car toujours ravi de discuter & boire & voir de nouvelles têtes à fêtes
    viendez & viandez encore les amis !

    RépondreSupprimer
  4. T'as mis la version fromage de chèvre (uncut)
    i love you motherfuckers

    RépondreSupprimer
  5. je nique la censure fucking bastard ! :)

    RépondreSupprimer